Dosettes hydrosolubles de lessive !

MISE EN GARDE ! De 2005 à 2012, 7 562 expositions accidentelles au liquide contenu dans ces dosettes ont été rapportées. 104 cas ont été classés comme graves (complications respiratoires graves, lésions oculaires).

Il s’agissait majoritairement d’enfants de moins de 5 ans (92% des cas), dont 7% étaient âgés de moins de un an. L’exposition était essentiellement orale, oculaire ou cutanée, souvent multiple. Les symptômes étaient digestifs (vomissements, irritation, lésions des muqueuses), oculaires (conjonctivites, atteintes de la cornée), respiratoires (toux, difficultés respiratoires, infections) et cutanés (irritation, brulures).

Le nombre de cas annuels d’expositions accidentelles aux dosettes hydrosolubles de lessive liquide est aujourd’hui plus de deux fois supérieur à celui lié aux lessives liquides classiques. Cette forte augmentation est corrélée à la croissance rapide du marché des dosettes de lessives liquides pour les lave-linge.

Les caractéristiques des dosettes de lessive liquide (encore appelées capsules ou unidoses) expliquent cette situation. Les enfants sont attirés par leur couleur souvent attrayante et les prennent facilement en main du fait de leur petite taille. L’enveloppe de la capsule, conçue pour se rompre au contact de l’eau, se rompt aussi au contact de la salive dès que l’enfant porte la capsule à la bouche. La projection du liquide en cas de rupture est favorisée par la pression interne, liée à la technique de fabrication et à la préhension par l’enfant. Ce liquide, fortement concentré en éléments tensio-actifs, est très agressif pour la peau et les muqueuses, voire corrosif en cas de contact prolongé. Sa viscosité rend difficile le nettoyage des muqueuses.

La Direction générale de la santé rappelle la nécessité de stocker tout produit ménager hors de portée des enfants, comme l’indique la brochure de l’INPES relative aux accidents domestiques

Il est conseillé, en cas de contact avec le liquide des capsules : 

  • sur la peau : de rincer immédiatement et abondamment pendant une dizaine de minutes, après déshabillage s’il y a lieu.
  • dans la bouche : de bien nettoyer la bouche avec un gant de toilette ou un linge propre humide pour retirer le maximum de produit. Eviter les boissons durant deux heures mais donner à manger une compote, une crème dessert, du pain ou des gâteaux pour absorber le produit et tapisser la muqueuse digestive.
  • si le produit est projeté dans l’œil, de laver l’œil sous un filet d’eau, si possible tiède, y compris sous les paupières durant une dizaine de minutes (l’eau du robinet convient très bien). 

    Dans tous les cas, dès le lavage réalisé ou pendant le lavage, appeler ou faire appeler un centre antipoison pour avoir sans tarder un avis médical adapté à la situation. En cas de difficultés respiratoires, appeler sans délai le 15.

Les industriels concernés ont d’ores et déjà programmé des actions visant à limiter les accidents : modification de l’emballage contenant les capsules pour le rendre opaque et plus difficile à ouvrir, apposition de consignes claires et visibles sur l’emballage de bien le refermer (double-clic pour les boites et zip pour les sachets plastiques) et de le tenir hors de portée des enfants. Des mesures réglementaires sont à l’étude pour encadrer davantage ce type de produits, en lien avec les travaux menés au niveau européen sur ce sujet