Rapport du comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination

Résumé:

Il existe en France une relative défiance à l’égard de la vaccination, qui se traduit par une couverture insuffisante pour certains vaccins, susceptible de conséquences infectieuses graves. À la demande de la ministre chargée de la santé, le comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination a analysé les facteurs en cause - qui sont discutés dans ce rapport - et préparé des recommandations d’action pour remédier à cette situation. Il s’est appuyé sur le travail de deux jurys - un de citoyens, un de professionnels de santé - des contributions reçues sur un espace participatif en ligne, de deux enquêtes d’opinion et d’auditions. 

Le comité recommande une mobilisation résolue et durable des autorités de l’Etat afin de mettre en place un plan d’action en faveur de la politique de prévention des infections par la vaccination, associant tous les acteurs impliqués. Ce plan doit comprendre une série de mesures toutes indispensables pour rétablir la confiance : écoute de la population et des professionnels, transparence de l’information et des experts, diffusion à partir d’un site unique et connu de tous d’informations validées et qui participe à l’écoute des interrogations, formation initiale et continue des professionnels de santé, implication de l’école, campagnes de sensibilisation dans les medias, facilitation de la pratique de la vaccination, amélioration du suivi par la généralisation du carnet de santé électronique et développement de programmes de recherche qui couvrent les différents aspects de la vaccination - de la biologie aux sciences humaines et sociales - . De plus, la prise en charge intégrale par la collectivité du coût des vaccins serait de nature à améliorer directement la couverture vaccinale contre les papillomavirus et, surtout, marquerait l’engagement des pouvoirs publics dans cette politique. 

Ces actions, si elles sont menées avec force et ténacité, devraient à terme, renforcer l’adhésion de nos concitoyens et des professionnels de santé à la prévention par la vaccination et permettre de lever le statut obligatoire des vaccins. Dans l’attente, le comité recommande l’élargissement temporaire des obligations vaccinales de l’enfant avec possibilité d’invoquer une clause d’exemption.