Recommandations "Antibiothérapie dans les infections respiratoires hautes"

20 Décembre 2011. GPIP.

La Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), la Société Française de Pédiatrie (SFP) et le Groupe de Pathologie Infectieuses Pédiatriques (GPIP) ont décidé de porter à la connaissance des professionnels de santé – en les rendant accessibles sur leurs sites – {Principaux messages – RCP – Argumentaire} - les recommandations de bonnes pratiques relative à « L’ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L’ADULTE ET DE L’ENFANT ».

Ces recommandations sont en effet attendues des professionnels – la version précédente datant de 2004. Depuis lors, l’écologie bactérienne a évolué – les résistances bactériennes consécutives pour partie au mésusage ou au sur-usage des antibiotiques ont progressé et continue à croitre de façon dramatique – et il y avait ainsi une réelle urgence à adapter les recommandations précédentes.

Ces recommandations ont été élaborées par un groupe d’experts mandatés  par l’AFSSAPS - elles ont suivi le circuit habituel - et le travail a duré plus d’un an. Mais, alors qu’elles étaient finalisées, le directeur de l’AFSSAPS à indiquer son refus de les voir publier avec le label AFSSAPS, au motif que certains experts avaient des liens d’intérêt avec des firmes pharmaceutiques et ce, bien que ces recommandations n’apparaissent jamais en faveur de l’utilisation de molécules récentes non génériques …

Le directeur de l’AFSSAPS a reconnu – après que les membres du Groupe de Travail sur les Anti-infectieux (GTA) aient démissionné en bloc en réponse à sa décision {lettre de démission des membres du GTA et réponse du directeur de l’AFSSAPS} - que ces recommandations « correspondent sans conteste à un  besoin de santé publique de la prise en charge des infections hivernales » et a approuvé le fait que « ces recommandations soient rendues publiques au nom des sociétés savantes : Société de pathologie infectieuse de langue française et Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique de la Société Française de Pédiatrie ».

Ce refus de publication laisse augurer d’un délai long avant que de nouvelles recommandations – rédigées selon de nouvelles règles – mais qui seront au final très probablement identiques – ne voient le jour.

Toutes ces raisons nous poussent à les rendre publiques sans délai

Les principaux messages de ces recommandations sont la nécessaire réduction des indications de l’antibiothérapie dans les infections respiratoires hautes (recommandation en faveur d’une réduction de la consommation) et, lorsqu’une prescription est justifiée, une orientation vers d’amoxicilline ou d’amoxicilline + acide clavulanique, qui sont des molécules anciennes et génériquées.

 Pour que les lecteurs puissent prendre connaissance de cette recommandation en toute connaissance de cause, les potentiels conflits d’intérêts déclarés par les experts qui ont participé à sa rédaction sont accessible sur le site de l’AFSSAPS.

Pr Christian RABAUD                 Pr Brigitte CHABROL       Dr Robert COHEN 

Président de la SPILF                 Président de la SFP         Président du GPIP