Vaccination des nourrissons vis-à-vis des gastroentérites à Rotavirus

Avis du HCSP (29/11/2013)

Le Haut Conseil de la santé publique recommande la vaccination contre les rotavirus des nourrissons âgés de moins de 6 mois selon un schéma vaccinal à 2 doses (2 et 3 mois de vie) pour le vaccin monovalent et à 3 doses (2, 3 et 4 mois de vie) pour le vaccin pentavalent. Le respect de ce calendrier vaccinal est essentiel afin d’assurer l’achèvement précoce de la série vaccinale.
Ces vaccins administrés par voie orale peuvent être co-administrés avec les vaccins du calendrier vaccinal du nourrisson.
Cette stratégie ne devrait être mise en place que si les prix des vaccins conduisent à des ratios coût/efficacité acceptables.
Le Haut Conseil de la santé publique recommande également :
• la poursuite du suivi renforcé de pharmacovigilance, initié en janvier 2012, relatif à la notification des invaginations intestinales aiguës ;
• la poursuite de la surveillance active des souches virales circulantes.
Le Haut Conseil de la santé publique recommande que l’information sur le risque d’invagination intestinale aiguë soit systématiquement délivrée par les professionnels de santé aux parents des enfants vaccinés.
Cette information doit préciser que l’invagination intestinale aiguë est un phénomène d’occlusion intestinale qui se produit habituellement de façon spontanée en dehors de toute vaccination contre le rotavirus, mais qu’il existe une légère augmentation de la fréquence de ce phénomène dans la semaine qui suit l’ingestion de ce vaccin. Cette information doit faire expressément mention des signes cliniques évocateurs d’invagination intestinale aiguë chez le nourrisson : accès de pleurs, refus de s’alimenter ou de boire, vomissements, pâleur, hypotonie.
L’observation de ces signes, particulièrement dans les 7 jours suivant l’administration du vaccin, doit inciter les parents de ces enfants à consulter sans délai pour une prise en charge médicale rapide, si possible en structure pédiatrique bénéficiant de la radiologie interventionnelle et d’un plateau médico-chirurgical. En effet, une prise en charge rapide et adaptée permet le plus souvent de réduire l’invagination par simple lavement. Une prise en charge tardive ou certaines formes compliquées nécessitent le recours à la chirurgie, endoscopique ou traditionnelle.
 

Vaccination Rotavirus (Trousse du vaccinateur)